You are currently viewing Freelance SEO : 7 clés pour apprendre à développer son mindset

Comment suis-je devenue une freelance SEO épanouie après 2 ans d’activité ?

Qu’est-ce qui a changé après deux années d’activité en tant que freelance SEO ? Le 1er juin 2022, ma micro-entreprise Alicia au pays du web a célébré son deuxième anniversaire. Il y a un an, je vous partageais le bilan de ma première année en tant que rédactrice web SEO freelance. Face au succès de cet article, j’ai décidé de remettre le couvert. Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps. Découvrez sous la forme de citations, les 7 clés qui m’ont permis de développer mon mindset de SEO freelance.

1. « Choisissez un métier que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie » (Confusius)

Après deux années en tant que freelance SEO, le constat est sans appel : j’aime mon métier. Au-delà de mes missions de consultant SEO, je savoure la liberté qu’offre le statut d’indépendant. J’ai toujours le sentiment de courir après le temps et dans tous les sens. En revanche, au fil des mois j’ai appris à appuyer sur « pause » si j’en ressens le besoin. Le dernier exemple en date est la gestion de mon déménagement. Cet événement m’a contraint à suspendre mon activité pendant un peu plus d’une semaine. Depuis que j’ai créé ma micro-entreprise, l’aventure est au cœur de ma vie professionnelle au quotidien. Je ne regrette rien, même si 2022 a su me rappeler qu’une aventure entrepreneuriale n’est pas sans risques. Mais, n’est-ce pas pour fuir une certaine routine que j’ai choisi de devenir SEO freelance ? Avant de quitter mon CDI, je me souviens que j’avais une boule au ventre le matin au réveil. Désormais, je m’enthousiasme à l’idée de démarrer une nouvelle collaboration ou d’expérimenter des techniques SEO.

2. « Quand on ose être soi-même, on se porte beaucoup mieux » (Bernard Siegel)

L’une des clés de mon épanouissement a été d’arrêter de me comparer aux autres freelances. À mes débuts, je me sentais minable face aux chiffres d’affaires partagés par certains auto-entrepreneurs. Je n’ai rien contre cet affichage de transparence. En revanche, je conseille aux débutants d’apprendre à se détacher de ces chiffres. Je me suis sentie beaucoup mieux, le jour où j’ai décidé de ne plus me comparer aux autres. Qu’est-ce qui m’a aidé à y parvenir ? Les commentaires suite au bilan de ma première année de rédactrice web freelance. Être soi-même, c’est aussi exister en adéquation avec ses propres besoins financiers et son propre rythme. Nous ne sommes pas tous pareils. Désormais, je reste concentrée sur mon activité, la progression de mon CA et le développement de mon activité. « Soyez vous-mêmes, les autres sont déjà pris » (Oscar Wilde).

3. « Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirez confiance aux autres » (Goethe)

Ah ! La confiance en soi ! Le syndrome de l’imposteur est l’ennemi numéro 1 du travailleur indépendant. Il m’aura fallut un peu plus d’un an, pour me sentir légitime en tant que consultante SEO freelance. Durant ma première année, je mettais surtout en avant ma casquette de rédactrice web. Au fil des mois je me suis formée, j’ai expérimenté, je me suis challengée (notamment en acceptant certaines missions que je refusais auparavant). Les retours positifs de mes clients et les recommandations m’ont aidé à surmonter le syndrome de l’imposteur. Désormais, j’aspire à devenir quasiment exclusivement consultante en référencement naturel et en stratégie éditoriale. Je continue d’accepter des missions de rédaction web SEO, car j’adore ça. En revanche, j’accepte de moins en moins de commandes d’articles en tant que simple exécutante. Non pas parce que je croule sous les missions, mais parce que je ressens la nécessité de donner du sens à mon travail. Pour progresser et profiter pleinement de sa vie professionnelle, il faut faire des choix et aller de l’avant.

4. « Heureux et libre est celui qui ose dire non ! » (Peter de Genestet)

La première année en freelance, on a du mal à dire « non ». La peur de ne pas boucler ses fins de mois est comme une épée de Damoclès. En 2021, j’ai accepté de rédiger 50 articles sur la thématique de l’outillage. Je ne regrette absolument pas mon choix, d’autant que c’est toujours un plaisir de collaborer avec ce client. Grâce à cette mission, j’ai pu m’approcher de mon objectif de CA. Depuis janvier 2022, j’ai appris à dire « non » ou à formuler mes conditions. Et vous savez-quoi ? Je me suis rendu compte que, refuser certaines demandes renforce la confiance en soi. Il est préférable de décliner un contrat, plutôt que de l’accepter à contrecœur. Il existe plusieurs raisons de dire non à une mission de freelance SEO :

  • une mission sous-payée : je me suis fixée un tarif horaire en-dessous duquel je ne descends pas (même si je suis à court de travail) ;
  • des contenus à faible valeur ajoutée : les articles de blog sans réelle stratégie, ni pertinence ne constituent que du remplissage de pages ;
  • un planning chargé : si le prospect ne peut pas attendre, je préfère refuser une mission plutôt que de ne pas respecter les délais ;
  • le thème à traiter : si je ne suis pas sensible à la thématique proposée, je préfère proposer la mission à mon réseau de rédacteurs ;
  • un niveau de compétences insuffisant : si je ne maîtrise pas le sujet, je préfère recommander une personne experte dans le domaine ;
  • un client toxique : lorsqu’un prospect est envahissant et tarde à signer votre devis, cela ne présage rien de bon pour la suite ;
  • la personnalité du prospect : une incompatibilité de caractère avec un potentiel client peut mener une mission dans l’impasse ;
  • une mission hors cadre : ce n’est pas parce que je travaille dans le digital, que je suis en mesure de créer un site internet, m’occuper des réseaux sociaux , etc. (à chacun son métier et ses compétences).

5. « Dans la vie il n’y a pas de problèmes et d’obstacles ; il n’y a que des défis et des épreuves » (Michel Bouthot)

Cette deuxième année de freelancing aura mis mes nerfs à rude épreuve. Mon entreprise individuelle a malheureusement été impactée par mes problèmes personnels. Durant plus de six mois, j’ai vécu une situation particulièrement stressante. Mon appartement ayant été mis en vente, j’ai dû chercher une nouvelle location à Vannes. Le système n’a pas manqué de me rappeler que, si tu ne rentres pas dans les cases tu n’as pas le droit au logement. Ma plus grosse crainte a été de devoir mettre fin à mon activité d’indépendante, pour un retour à la case salariat. Grâce à un sérieux coup de pouce et une bonne dose de ténacité, cet épisode a finalement eu un dénouement heureux. Parallèlement, j’ai dû soigner une blessure pour réussir à être au départ (et à l’arrivée) des 63 kilomètres du trail de Cheverny. Challenge réussi ! Malheureusement, cette victoire a été de courte durée. J’ai dû me résoudre à déclarer forfait pour les 100 kilomètres de l’Ultra Marin le 1er juillet 2022.

Trail de Cheverny 63 km en avril 2022

6. « Pour qu’arrivent de jolies choses, il suffit de s’entourer de belles personnes » (Agnès Ledig)

Le statut d’indépendant offre cette liberté de choisir ses clients et de construire son propre réseau. Depuis la création d’Alicia au pays du web, j’ai la chance d’être bien entourée et de collaborer avec des clients fantastiques. L’épisode « recherche d’appartement » m’a rappelé à quel point le réseautage est un outil qu’il ne faut pas négliger (merci à Maribel du réseau Femmes de Bretagne). Depuis un an, je collabore avec deux concepteurs de site qui me recommandent auprès de leurs clients pour la partie SEO et rédaction web. J’avoue que j’aime par-dessus tout, partir d’une feuille blanche et participer au commencement de quelque chose. Pour faire avancer sa carrière de SEO freelance, il est essentiel de s’entourer d’un professionnel expérimenté. Depuis deux ans, Audrey Clabeck est mon mentor. Elle m’aide à progresser en me confiant de nouvelles missions (exemples : la rédaction d’un livre blanc ou de modules de formation). Surtout, elle me donne régulièrement un coup de pied au cul pour faire évoluer mon auto-entreprise. Il n’y a pas si longtemps, elle m’a dit « Je suis ton Laurent ! » (en référence à Laurent Bourelly). J’en profite pour recommander sa formation clés en main, pour développer son activité de SEO freelance sereinement.

7. « Je ne peux pas changer la direction du vent, mais je peux ajuster mes voiles pour toujours atteindre ma destination » (Jimmy Dean)

Ma vie de SEO freelance n’est pas un long fleuve tranquille. Depuis le début de l’aventure, j’ai dû apprendre à affronter les caprices du vent avec sang-froid et détermination. Au cours de cette deuxième année entrepreneuriale, j’ai appris à ajuster mes voiles pour continuer d’avancer. Les périodes calmes ont ainsi été l’occasion, de passer à l’action pour développer mon activité :

  • lancement de ma newsletter mensuelle en septembre 2021 : l’objectif est à la fois de partager mon expertise et de créer un lien de confiance avec mes abonnés ;
  • création du guide « Trucs et astuces de Tatie SEO » en avril 2022 : désormais les nouveaux abonnés reçoivent un guide gratuit, qui récapitule tous mes conseils depuis le lancement de ma newsletter ;
  • animation d’un premier p’tit déj business EAFB en avril 2022 : une fois par mois, j’anime un rendez-vous convivial afin de partager avec d’autres adhérentes nos problématiques, nos expériences et nos conseils ;
  • lancement de trois offres d’accompagnement Google My Business en mai 2022 : j’ai lancé ces trois packs, afin de répondre à une réelle demande des entreprises locales.

Optimiste : personne qui suppose que faire un pas en arrière après avoir fait un pas en avant n’est pas un désastre mais un Cha-Cha-Cha

Robert Brault

En résumé, les 7 clés qui m’ont permis de m’affirmer et de m’épanouir en tant que freelance SEO sont : la passion, la sincérité, la confiance, la liberté, la résilience, l’entraide et l’adaptabilité. Je n’oublie pas qu’environ 30% des micro-entreprises ferment au bout de trois années d’activité. Je reste optimiste et vous donne rendez-vous en juin 2023, pour dresser un nouveau bilan !