You are currently viewing Zones chaudes d’une page web : les repérer pour mieux les optimiser

Zones chaudes d’une page web : 8 éléments à identifier, pour exploiter leur potentiel SEO

Les zones chaudes d’une page web désignent les balises où l’on va judicieusement placer nos mots-clés. Ces éléments attirent naturellement l’œil de l’internaute et influencent leur comportement. Surtout, ils aident les robots d’exploration Google à comprendre le contenu de vos pages web. Ça vous dit de participer au jeu « tu chauffes, tu refroidis » ? Je vous propose de découvrir les huit zones chaudes à soigner, afin d’optimiser le référencement d’une page web.

Qu’est-ce qu’une zone chaude sur une page de site web ?

Dans un magasin, une zone chaude désigne un espace situé dans le flux naturel des clients. Cette zone de fort intérêt concentre beaucoup de circulation et est susceptible d’augmenter les ventes. Du point de vue d’un consultant SEO, une zone chaude représente un élément à fort potentiel SEO et marketing. Autrement dit, elle est susceptible d’améliorer votre référencement naturel, ainsi que votre taux de clic.

Les études eye tracking visent à décrypter la manière dont les visiteurs lisent en ligne. Saviez-vous que les yeux des internautes sont naturellement attirés par certains éléments ? Ce sont nos fameuses zones chaudes. Celles-ci se présentent généralement sous la forme d’une balise HTML ou d’un attribut. Premièrement, elles ont pour rôle de capter l’attention de l’internaute. Deuxièmement, elles visent à rendre un texte compréhensible pour Google (ou tout autre moteur de recherche). Pour expliquer simplement les choses, les balises sont l’équivalent de l’écriture braille.

Bon à savoir : La plupart des spécialistes du marketing utilisent l’outil Hotjar, pour analyser le comportement des visiteurs sur un site.

Pourquoi est-ce important de soigner les zones chaudes d’une page web ?

Les zones chaudes attirent davantage l’attention des internautes et des googlebots. Aussi, il serait dommage de ne pas en profiter pour y glisser nos mots-clés. D’abord, parce qu’elle impacte le positionnement d’une page sur les SERP. Ensuite, parce qu’elle influence le comportement des visiteurs sur un site. Lorsque je réalise un audit technique SEO, je vérifie toujours leur optimisation d’un point de vue technique et marketing.

Sachez qu’une zone à fort potentiel SEO bien travaillée a le pouvoir de :

  • affiner le référencement organique d’une page ;
  • faciliter la compréhension pour les visiteurs et les moteurs de recherche ;
  • hiérarchiser le contenu d’une page web ;
  • impacter le taux de clic ;
  • donner envie aux internautes de visiter votre site internet.

Quelles sont les huit zones chaudes à optimiser sur une page web ?

Title, meta description, balises Hn, etc. À présent, découvrons quels sont les huit éléments à fort potentiel à exploiter sur une page web ?

1. La balise <title> : la reine des balises SEO

En langage HTML, la balise title correspond au titre d’une page web. La balise titre est un champ essentiel dans le cadre d’une bonne optimisation SEO. Elle est considérée par Google comme l’un des critères On-Page les plus importants. Lorsqu’il saisit une requête, le titre est la première impression donnée à l’internaute. De plus, son contenu est repris dans l’URL de la page (située en haut de la fenêtre du navigateur web).

Affichage de la balise titre sur la SERP

Une balise title optimisée pour les moteurs de recherche doit remplir les conditions suivantes :

  • être unique : chaque page doit posséder un titre différent ;
  • être construite : il doit s’agir d’une phrase et non d’une succession de mots-clés ;
  • contenir le mot-clé principal : celui-ci doit être placé au tout début de la phrase ;
  • décrire le contenu de la page : les robots et les internautes doivent comprendre quel va être le sujet traité ;
  • faire entre 60 et 70 caractères (espaces compris) : si vous les dépassez, veillez à ce que votre phrase ait encore un sens une fois qu’elle sera coupée par Google ;
  • être attractive : un titre qui séduit l’internaute augmente le taux de clic.

2. La balise meta description : un résumé textuel pour inciter à cliquer

La balise meta description va de pair avec la balise titre. Elle aussi est votre premier contact avec vos clients potentiels. Autrement dit, vous avez tout intérêt à faire bonne impression, pour inciter les internautes à visiter votre site web. Les meta descriptions n’influencent pas directement le référencement naturel. En revanche, d’un point de vue marketing elles ont un impact sur le taux de clic (CTR). Sachez que dans 70 % des cas, Google réécrit les meta descriptions à partir d’extraits de vos pages (ce qui donne parfois un résultat étrange). Notez que la probabilité de réécriture est plus forte si :

  • la requête saisit par l’internaute est longue (Google souhaitera afficher un maximum de mots compris dans la recherche) ;
  • la requête a un faible volume de recherche ;
  • la longueur de la description est trop courte (elle est limitée à 160 caractères).
Affichage de la meta description sur la SERP

Les ingrédients pour rédiger une balise meta description qui cartonne sont :

  • pertinence : elle doit contenir le mot-clé principal qui se doit d’être le plus pertinent possible ;
  • adaptabilité : elle doit aussi bien être lisible sur sur PC que sur mobile ;
  • attractivité : elle doit en dire suffisamment, mais pas trop pour attirer la curiosité des internautes.

3. Les balises <hn> : 6 balises pour structurer le contenu d’un texte

Les balises Hn servent à structurer le texte d’une page web, en le hiérarchisant. Au total, il existe six niveaux de titre : H1, H2, H3, H4, H5 et H6. Ces balises permettent de faciliter la lecture d’une page pour les visiteurs. Surtout, elles permettent aux robots Google d’attribuer un poids SEO aux pages web. Les moteurs de recherche considèrent que la balise H1 est celle qui a le plus de poids. À l’inverse, la balise H6 est celle qui en a le moins. Autrement dit, votre requête principale doit absolument figurer entre les balises <h1>. Quant aux balises H2, H3, etc. elles peuvent contenir vos mots-clés secondaires.

Balises Hn de la page d’accueil du site Alicia au pays du web

La pratique la plus courante est de respecter un ordre logique (H1, puis H2, puis H3, etc.). Toutefois, l’impact SEO du non-respect de cette pratique n’est pas démontré. Notez qu’il est préférable que le titre H1 soit différent du title (il peut s’agir d’une reformulation).

4. La mise en gras : un mot-clé en gras a plus de poids que celui qui est maigre

Autant vous le dire tout de suite, la mise en gras n’est pas une mise en forme esthétique. La balise <strong> permet de mettre en gras, afin de donner du poids aux mots-clés. Comme pour la consommation de charcuterie, attention à ne pas faire d’excès. Seuls les mots importants doivent être mis en valeur.

5. Les liens internes : la puissance du maillage interne d’un site web

Le Web est souvent comparé à une grande toile d’araignée. Les pages d’un site sont reliées entre elles, par des liens hypertextes. L’élément HTML <a> (pour ancre) accompagné de son attribut href créent un lien hypertexte. Faire un lien sur un mot permet aux visiteurs de passer d’une page à une autre. De plus, les textes d’ancrage ont une réelle importance en termes de référencement naturel :

  • la page contenant l’ancre de lien sera mieux référencée sur l’expression cliquable ;
  • la page cible (celle vers laquelle pointe le lien) sera également mieux positionnée sur cet ensemble de mots ;
  • le maillage interne fluidifie la navigation pour l’internaute, qui aura plus de facilité à rester sur le site web.

Je vois trop souvent des ancres de lien positionnées sur l’expression « cliquez ici » ou « en savoir plus ». Pensez-vous vraiment que des internautes saisissent ces requêtes sur un moteur de recherche ?

6. Les attributs alt et title : un texte alternatif pour optimiser les images

Le référencement des images occupe une place grandissante dans une stratégie de référencement. En plus du contenu textuel, Google s’intéresse de plus en plus aux contenus visuels. Les attributs alt et title affichent une description (aussi appelé « texte alternatif »), ainsi que le titre de l’image, si celle-ci ne s’affiche pas à l’écran. Notez que l’attribut alt de la balise « img » (pour image) est pris en compte par Google et Bing. En revanche, l’attribut title ne l’est pas. Autrement dit, il n’est pas indispensable de le renseigner.

Pour bien référencer les images de son site web, il est recommandé de :

  • nommer les images : en utilisant les mots-clés en rapport avec votre contenu, en séparant les mots avec des tirets et en supprimant les mots-clés vides (le, la, du, et, au, etc.) ;
  • renseigner les attributs alt : en décrivant le visuel, sans abuser de mots-clés ;
  • réduire le poids des images : en les compressant pour ne pas ralentir la vitesse de chargement d’un site.

7. Le nom de domaine : l’adresse d’un site est un atout SEO

Le nom de domaine est l’adresse qui permet d’identifier votre site sur le web. Il existe deux raisons pour lesquelles il est important de bien choisir son nom de domaine : il reflète l’image de votre entreprise et participe au référencement. Les trois règles à respecter pour les noms de domaine sont :

  • faire court, lisible et facile à retenir (59 caractères maximum, sans tiret si vous souhaitez privilégier l’internaute) ;
  • intégrer le mot-clé principal (pour le référencement local vous pouvez ajouter en plus le nom de la ville) ;
  • privilégier les extensions génériques (.com, .net, .org).
Exemple d’un nom de domaine optimisé

8. Les intitulés d’URL : ils doivent être à la fois lisibles et compréhensibles

Une URL est l’adresse d’une page d’un site internet. Tout comme les noms de domaine, les URLs sont importantes pour la lisibilité et la compréhension par les visiteurs et les moteurs de recherche. La réécriture d’une URL doit respecter les principes suivants :

  • séparer chaque mot par le tiret du bas ;
  • écrire en lettres minuscules, sans accent, ni ponctuation ;
  • insérer le ou les mots-clés dans l’intitulé ;
  • supprimer les mots-clés vides (aussi appelés stop words).

En résumé, les zones chaudes constituent l’ossature d’un site web. Elles participent à la réussite du référencement organique et à la conversion des visiteurs en clients. À la lecture de cet article, vous vous êtes rendu compte que vous aviez perdu au jeu « tu chauffes, tu refroidis ». Rassurez-vous ! Tout le monde à droit à une seconde chance. Contactez-moi sans plus attendre, afin de planifier l’audit technique de votre site.

close

Petite devinette...

Qu'est-ce qui est mensuelle, rédigée avec passion et contient des infos pertinentes et des contenus exclusifs sur le SEO et le webmarketing ? C'est la newsletter d'Alicia au pays du web bien sûr !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Un e-mail vous sera envoyé pour confirmer votre inscription.